Fédérale 3 : après la qualification en 32 es de finale contre Couches et l’approche des 16es de finale face aux Angles

Vincent Renaudier a trouvé la faille dans la défense couchoise et s’y est engouffrée. Ce sera le seul coup d’éclat offensif côté RCAB. (photo Léana Verrière)

Ce fut une bien belle journée. Un moment mémorable dans la jeune histoire du club. Ce dimanche 8 mai 2022, il était aux alentours de 17 heures et on entendit les chants des supporters du RCAB résonner dans la campagne bourguignonne. Les joueurs, bras levés, exprimant leur joie et dans la tribune, face à eux, toutes celles et ceux qui avaient le déplacement, s’enthousiasmant de cette issue finale, trompettes à la bouche, applaudissant au courage de leurs joueurs.
Certes, le RCAB venait de s’incliner de peu face à SC Couchois (22-17) mais au bout du compte et au profit de son succès initial à Baudras (36-20), il venait de bouter hors de la compétition l’équipe des irréductibles Bourguignons. 6 à 5 au nombre de points terrain !
Avouons que les Couchois leur en ont fait voir, dans les rucks, les mauls, les groupés pénétrants dont ils ont fait leur marque de fabrique. Les visages marqués par un rude affrontement et quelques « poires » gracieusement distribuées, les avants d’Andrézieux ont payé pour goûter au plaisir d’un rugby de combat, censé détruire l’adversaire.
Adrien Tronchet et ses camarades de jeu ont résisté tant bien que mal, attendant des ballons d’attaque qu’ils n’ont jamais pu se procurer, à l’exception de cette belle combinaison en touche que Vincent Renaudier a transformé en essai. Alors, ce match ne restera pas dans les annales du plaisir rugbystique, il laissera juste le souvenir d’un cap franchi par la bande du duo Clément Vidal-Matthieu Llari qui aura beaucoup appris de ces deux confrontations. Là était l’essentiel.
Les voilà en 16 es de finale et l’idée maîtresse est désormais la suivante : « prolonger le plaisir » selon Clément Vidal qui se projette déjà sur ce premier rendez-vous avec les Angles dimanche (15h) sans oublier de débriefer ce qui s’est passé ce dernier week-end !

« Du jeu à l’aller, du courage et du coeur au retour. »

Le RCAB vient de vivre un grand moment avec cette qualification. Votre analyse de ces deux matches de 32 es de finale ?

La défaite à Couches est logique. On a assuré l’essentiel là-bas en prenant un point de bonus défensif. Mais pour être honnête, on n’a rien fait pendant 70 minutes où on a passé notre temps dans nos 50 mètres. On n’a rien produit offensivement, pas su tenir le ballon. Nous avons été beaucoup trop pénalisés pour prétendre à mieux. Le carton rouge infligé à Couches a changé la donne en seconde mi-temps. Il a inversé la tendance au niveau de l’arbitrage. Il y a eu une forme de compensation et on n’a fait que subir.
C’est la première fois de la saison où on n’inscrit qu’un essai. Au final, on se qualifie en ayant été très moyens. c’est dire qu’on a encore une belle marge de progression. Cela dit, je félicite les gars car ils s’en sont pris plein la gueule durant les deux matches. Dimanche, nous n’avons pas montré notre vrai visage. On n’a pas réussi à déplacer le ballon. Ce n’est pas le rugby qu’on aime mais c’est celui qui nous a permis de nous qualifier. Pour résumer, on a mis du jeu à l’aller, du courage et du coeur au retour.

Un autre chapitre de cette passionnante aventure s’ouvre avec les 16es de finale dès dimanche à Baudras, face à la formation des Angles.

Les matches s’enchaînent sans semaine de récupération. On essaye de gérer. On s’était déjà projeté sur notre éventuel futur adversaire en cas de qualification. C’était soit Léognan, soit les Angles. On pensait que ce serait les Angles car c’est une équipe qui est en tête au niveau du classement national. Ce n’est pas une surprise mais cela a été plus serré que je ne m’y attendais contre Léognan.

L’objectif, c’est quoi désormais ?

Au sein du groupe, personne ne dit : encore un tour et on monte (en Fédérale 2). L’idée commune, elle est de prolonger le plaisir, d’aller le plus loin possible en jouant, tout en vivant des choses ensemble. On connaît l’enjeu, c’est continuer l’aventure, face cette fois à ce qui se fait de mieux sur le plan national, au niveau Fédérale 3. On va pouvoir s’étalonner. Ce sera à la fois formateur pour les joueurs et le club dans son ensemble. On a encore beaucoup à apprendre.

Vous vouliez nous dire un mot sur le soutien qu’a reçu votre équipe lors de ces 32 es de finale.

Les supporters du RCAB ont pique-niqué aux abords du stade et n’ont pas manqué d’encourager les leurs lors de leur arrivée (photo Léana Verrière)

A Baudras, ce fut encore une belle fête, comme contre Saint-Jean-de-Bournay et le public a contribué pour une bonne part à notre bon résultat. On a gagné grâce à eux aussi. Et dimanche, à Couches, c’était cool !C’était la première fois que le club organisait un déplacement en bus. Lorsque les joueurs sont arrivés au stade et qu’ils ont vu tous ces supporters en train de pique-niquer tout près du terrain et qui ont fait pas mal de bruit pour les encourager, ça les a vraiment touchés et  motivés. De même lorsqu’ils sont passés devant la tribune avant le match. Merci à eux, vraiment.

Vous pouvez découvrir des vidéos des supporters dans le stade sur le Facebook et Instagram du club.