News

Recrutement Fédérale 2: Jordan Deruelle, un pilier droit en renfort

Jordan Deruelle a le sourire à l’idée de défendre les couleurs du RCAB! (phot Yves Verrière)

Un bel orage s’est invité ce vendredi soir sur le stade Baudras mais Jordan Deruelle, plus habitué au soleil éclatant de son Var natal et de la Seyne-sur-Mer en particulier, n’en perd pas le sourire. «  Ce n’est pas grave, il va revenir ! Ça fait du bien un peu de fraîcheur !» Dans quelques minutes, il va suivre sa troisième séance d’entraînement de la semaine sous ses nouvelles couleurs et les deux premières ont été ardues.
Ce solide gaillard d’un mètre quatre vingt deux pour 118 kilos est l’une des recrues majeures du RCAB. Comme l’Argentin Alan Sanillo, avec qui la connexion « première barre » s’est faite naturellement, il est venu renforcer la ligne d’avants de l’équipe première.
Son poste préféré ?
« Pilier droit » répond t-il sans hésiter et avec une certaine fierté. C’est devenu son poste de prédilection au fil des années et on sent que l’expérience est là, bien que le garçon n’ait que 23 ans.
L’amour et la passion du rugby ne sont nés en lui que tardivement, à l’âge de 15 ans, lorsque son professeur de sport du lycée, un ancien 3e ligne du Racing du nom de Xavier Saboureau, l’a repéré en UNSS. Un autre ancien glorieux joueur du RC Toulon, Marc de Rougemont, va ensuite le prendre sous son aile et lui transmettre les rudiments et les ficelles du métier. « ça m’a sorti un peu de mon quartier, j’ai appris la rigueur » fait-il remarquer.
A l’époque, Jordan évolue comme 3e ligne. Il est vite piqué au virus « de la gagne, du combat, de l’amitié » et va se distinguer au fil des saisons au sein de l’Union Sportive Seynoise, le club cher à son copain Gaël Fickou, où il se nourrit des conseils d’anciens internationaux de renom comme Marc Andreu ou Julien Caminati. « Ces gars te poussent vers le haut » ajoute celui qui a parfait sa formation en espoirs Elite, face à ce qui se fait de mieux en terme de joueurs prometteurs.

« Tenter une nouvelle expérience »

Un parcours qui nous fait nous poser une question : mais comment un joueur de ce calibre a pu alors choisir Andrézieux comme destination ? Jordan Deruelle y répond sans détour : « En fait, je voulais décrocher un peu et évoluer dans un club de Fédérale 3 de ma région. Et puis, je suis entré en contact avec Clément (Vidal), je me suis dit que ce serait bien de tenter une nouvelle expérience. J’en ai discuté avec ma femme, elle était partante. Ce qui a été déterminant, c’est que le club a su répondre à mes attentes et je dis merci aux dirigeants du RCAB. »
Effectivement, l’intégration à cette nouvelle vie s’est faite rapidement. La famille Deruelle (Jordan, son épouse et leur petit garçon Lyam) s’est installée dans le quartier de La Vivaraize à Saint-Etienne et Jordan a trouvé un emploi de facteur à Saint-Just Saint-Rambert «  ça me permet de découvrir les alentours » rigole t-il.
Le natif du Var attend désormais avec impatience d’entrer dans le vif du sujet, sans autres prétentions que d’apporter « un peu de son vécu tout en se fondant dans le groupe »

Lire la suite...

Reprise de l’entraînement chez les seniors

Clément Vidal, le coach en chef, en train d’exposer au groupe le contenu de la première séance (photo Yves Verrière)

Ce mardi soir, c’était l’heure de la rentrée pour le groupe senior du RCAB qui s’est retrouvé dans un stade Baudras en pleins travaux. Le temps de se changer et d’échanger, les joueurs, une bonne trentaine, et les staffs des deux équipes ont vite rejoint le terrain synthétique pour y connaître un premier entraînement mené tambour battant par les coaches et le nouveau préparateur physique, Jérôme Patouillard. Celui-ci, connu de pas mal de joueurs car il a exercé au CASE rugby dans le passé, a mis les joueurs à rude épreuve sous une chaleur étouffante. Ils étaient 32 et parmi eux la plupart des recrues que nous aurons le plaisir de vous présenter ultérieurement.
L’intensité était là et la fatigue aussi à l’issue d’une séance qui a lancé la saison sur les chapeaux de roue.

Le programme d’entraînement du groupe senior est le suivant en cette saison 2022-2023: séances mardi, mercredi et vendredi à 19h30 au stade Baudras (terrain synthétique)

Lire la suite...

Recrutement Fédérale 2: Alan Sanillo, un avant argentin rejoint le RCAB

 

Tout sourire, Alan Sanillo se dit très heureux d’avoir rejoint les rangs du RCAB, au sein desquels il a hâte de démontrer ses qualités (photo Mathys Verrière)

Lorsque le groupe senior a validé son accession en Fédérale 2 à l’issue d’un match retour épique face aux Angles en 16es de finale du championnat de France, le staff technique et les dirigeants avaient déjà en tête un recrutement ciblé. Clément Vidal, le coach en chef et en particulier des avants, tenait à se renforcer dans ce secteur avec des profils bien définis, allant expérience et puissance. C’est un travail de longue haleine, qui demande de bien connaître le monde du rugby amateur, les mouvements d’effectif au sein des équipes. Pour ce faire, il est primordial de disposer d’un réseau de connaissances afin de trouver, non pas l’oiseau rare, mais au moins un joueur correspondant au profil souhaité, en fonction des moyens dont dispose le club.

« J’ai senti quelque chose de spécial ici.
Une connexion humaine, un esprit de famille. »

Cette recherche, au niveau du RCAB, a abouti au recrutement de cinq joueurs, pour ce qui concerne le groupe appelé à évoluer en Fédérale 2.
Le premier de ces nouveaux venus s’appelle Alan Sanillo, il est Argentin, est né à Buenos Aires il y a 29 ans. Le garçon fait impression par son gabarit, c’est le moins que l’on puisse dire, et pas besoin d’être un grand spécialiste du rugby pour savoir quelle place il occupe. C’est un première ligne « talonneur ou pilier des deux côtés » précise t-il.
Le garçon est large d’épaules, impressionnant, mais le sourire qui éclaire son visage comme sa voix douce vous incitent malgré tout à engager la discussion. On l’avait aperçu il y a quelques semaines de cela au stade Baudras, lorsque les dirigeants lui avaient proposé de venir découvrir les installations, avant que les travaux de rénovation ne débutent. On avait rencontré un garçon chaleureux, ouvert et s’exprimant fort bien en français, alors qu’il a rejoint la France il y a seulement deux ans.
Le voilà de retour depuis le mois de juin, après avoir fait le tour de la question des clubs souhaitant le voir rejoindre leur effectif. Il y a en avait plusieurs, en particulier Salles, un club de Fédérale 1 du Sud-Ouest qui lui faisait les yeux doux. Alors pourquoi avoir finalement choisi le RCAB ?:
« Ce n’est pas une question d’argent, pas du tout. J’ai senti quelque chose de spécial ici. Une connexion humaine, un esprit de famille. Tout le monde m’a bien accueilli. » se justifie-t-il.

« C’était mon rêve de jouer en France »

Toute la détermination d’Alan Sanillo se lit sur son visage lors d’un match en Espagne. (photo fournie par Alan Sanillo)

Alan, qui avoue « avoir dédié sa vie au rugby », ajoutant avec émotion «  c’était mon rêve de jouer en France » semble marcher aux sentiments, à l’humain et il s’est vite acclimaté à sa nouvelle vie.
S’il n’a pas encore trouvé de domicile fixe, il est logé jusqu’à présent dans des gîtes, la recrue andrézienne n’a pas tardé à s’insérer dans la vie active au coeur d’une pépinière, à Saint-Just Saint Rambert, où il fait déjà l’unanimité par son ardeur au travail et sa gentillesse. Le patron s’est même fendu d’un coup de téléphone pour signifier sa satisfaction aux dirigeants du RCAB.
Cette gentillesse, il la laisse au vestiaire lorsqu’il s’agit d’entrer en mêlée, de combattre, de défier l’adversaire. Au fil de la discussion, on sent bien son envie d’en découdre, d’être dans le vif du sujet. Il s’y prépare en enchaînant des séances de musculation qui impressionnent quelques-uns de ses jeunes partenaires auxquels il ne manque pas de donner quelques conseils avisés, tout en les chambrant gentiment.
Opéré d’un genou la saison passée sous les couleurs de Gaillac, son précédent club, il dit être remis complètement et attend avec impatience de rencontrer ses nouveaux partenaires, le 2 août pour la reprise de l’entraînement.
Ceux-ci ne connaissent pas l’histoire de ce baroudeur, qui ne peut pas se passer de boire quotidiennement son Maté, boisson si cher aux Argentins. Il nous l’a racontée en commençant par une anecdote. Ou plutôt une devinette ? Savez-vous ce qui a incité Alan Sanillo à pratiquer le rugby ? Eh bien un porte-clé ! : « Gustavo, le papa de mon cousin, est venu un jour à la maison et il avait un porte-clé à la main avec un ballon de rugby. A l’époque, je jouais au foot, comme tous les jeunes de mon quartier. Il m’a expliqué en quoi consistait le rugby et j’ai dit alors à ma mère : « C’est ce sport que je veux faire ! »
Elle va lui trouver un club, San Martin, le club de Patricio Albacete, international argentin renommé qui a évolué au Stade Toulousain et avec qui il est toujours en contact. Manuel Belgrano un avocat, va aussi l’aider à évoluer et à se faire un nom dans un championnat difficile où il fait ses preuves, malgré une blessure à l’épaule qui le handicape une bonne année.

De Buenos Aires à Baudras
en passant par Madrid

Plus costaud que la moyenne, il va passer du poste de 3e ligne à celui de « première barre » comme son modèle absolu, le redouté Rodrigo Roncero, autre compatriote connu pour sa carrière au Stade Français et sous le maillot des Pumas.
A 20 ans, Alan a plus que jamais en tête le rêve absolu de fouler les pelouses de France « parce qu’il aime beaucoup l’histoire française » et puis parce que c’est le Graal de beaucoup de ses amis argentins : « En Argentine, on payait 20 euros par match pour participer aux frais occasionnés. » se souvient-il. Un autre monde…
Mais avant de faire le grand saut, il décide, à 25 ans, sur les conseils du père d’un de ses amis de passer par la case espagnole. Il rejoint un club de l’élite, l’Independiente Santander, où il découvre le monde professionnel avant de filer trois ans après dans les Asturies, à l’étage inférieur, à Belenos, puis à Madrid, au sein de l’Ingenerios Industriales où le Covid va mettre fin à son contrat. Autant d’expériences qui vont malgré tout lui ouvrir les portes du championnat français.
Grâce à un ami prénommé Marcelo, qu’il considère comme un frère, il est recruté par Saint-Affrique, club de Fédérale 3, où ses prestations suscitent l’intérêt de Gaillac, pensionnaire de Fédérale 2 qui va à son tour l’enrôler. Avant qu’une virulente charge d’un adversaire face à Castelnaudary ne lui cause une sérieuse blessure au genou.
Opéré en février, il nous assure que tout cela n’est plus qu’un mauvais souvenir, tout en pliant son genou gauche. Il lui reste désormais à s’intégrer au groupe. Pour ce qui s’agit de la vie hors terrain, ça semble en bonne voie. Lui qui aime l’esprit de famille, la convivialité est servi au RCAB. Au terrain maintenant de délivrer sa vérité sur cet garçon attachant et humble.

Lire la suite...

Un projet caritatif avec la Ligue contre le cancer

Eric Trouillet a paraphé la convention de partenariat en compagnie de ses éducateurs, Christophe Lagoutte et Thibault Magand ainsi que M. Jérôme Jaubert, président départemental de la Ligue contre le cancer. (photo Mathys Verrière)

C’est à l’initiative de Thibault Magand et Christophe Lagoutte, deux joueurs et entraîneurs s’occupant du groupe de rugby à 5 du RCAB qu’une convention de partenariat entre l’antenne départementale de la Ligue nationale contre le cancer et le RCAB a été matérialisée mardi soir au PAM, en présence du président départemental de l’association, M. Jérôme Jaubert, et Madame Fabienne Couvreur, directrice du comité directeur de cette structure.
Après avoir écouté les deux éducateurs évoquer les raisons de leur engagement, qui débouchera en juin 2023 sur l’organisation d’une nuit du rugby à but caritatif, le président Eric Trouillet a rappelé à quel point les valeurs de solidarité et de fraternité du rugby étaient en adéquation avec celles nécessaires à l’appréhension de ce fléau qu’est le cancer.
« On est toujours plus forts ensemble » a t-il conclu avant de parapher une convention qui ne demande plus qu’à devenir une réalité, qui viendra s’ajouter à l’engagement du club au niveau social et caritatif.

Lire la suite...

Fédérale 2 : le RCAB connaît ses adversaires

 

Lundi soir, les seniors du RCAB ont été reçus par François Driol, le maire d’Andrézieux au château de Bouthéon où ils ont été chaleureusement applaudis par la nombreuse assistance.

Le RCAB a rejoint l’étage supérieur de la hiérarchie du rugby et attendait forcément avec imaptience de connaître ses futurs opposants. Clément Vidal et Matthieu Llari, les deux coaches, et leurs joueurs bien sûr, ont découvert leurs adversaires dans la journée de jeudi dernier. Les Andréziens ont intégré la poule 1 où sont regroupées 12 équipes, ce qui signifie qu’ils disputeront 22 matches de phase régulière.
Parmi ces formations, on retrouve deux clubs du Rhône, Saint-Priest et Rillieux-la-Pape, deux de l’Ain, Nantua et Villars-les Dombes. Six autres évoluent en région Bourgogne-Franche-Comté : Dôle, Pontarlier, Le Creusot, Chalon, Saint-Claude, Lons-le-Saunier, et le dernier d’entre d’eux obligera les Andrézieux à passer par la Lorraine puisqu’il s’agit du RC Metz Moselle !
Voilà un beau programme de réjouissances que Clément Vidal a bien voulu décrypter, après nous avoir confié en préambule, comme la saison dernière à la découverte de la poule 5 de Fédérale 3 : « La poule est dense, il n’y aura pas de petits matches ! »

Alors, Clément, que vous inspire cette poule 1, ces 11 adversaires d’horizons divers ?

Il y a beaucoup de nouveautés, beaucoup de matches aussi puisqu’on se retrouve dans une poule de 12 équipes. Ces dernières saisons, on avait tendance à voyager du côté de l’Auvergne et des Alpes, c’est bien de changer, de sortir de nos habitudes. En plus, il y a une part d’exotisme avec ce voyage tout là-haut, à Metz. Ça fait un peu de route, ça va piquer ! (sourire)

« Ça donne envie »

Cette poule, c’est majoritairement un voyage dans l’inconnu, non ?

J’ai bien eu quelques échos sur certaines équipes. C’est gaillard dans l’ensemble mais on le savait. D’autres sont très joueuses. Il va falloir se faire violence devant. La dimension physique est forcément plus importante lorsqu’on grimpe d’un échelon.
C’est une poule différente de ce qu’on a connu la saison dernière, dans l’Isère et le Rhône. En revanche, c’est une poule tout aussi dense à mon avis en qualité et le classement sera aussi serré en haut du tableau. Il faut savoir qu’il y aura deux descentes en fin de saison. Mais comme me l’ont dit pas mal de nos joueurs en découvrant la poule « ça donne envie ! »

La saison passée, en Fédérale 3, vous nous aviez fait part d’ambitions mesurées. Quelles sont-elles pour la saison qui vient ?

Elles sont tout autant mesurées car la poule est consistante et on a plus de matches à disputer sur une période plus courte. La saison passée, championnat et phases finales compris, on en a joué 23 ! Là, le championnat nous en propose 22 de mi-septembre à mi-avril avec un week-end de repos entre les blocs de trois matches. On jouera vraisemblablement de temps à autre les samedis soirs. Maintenant on attend le calendrier…

4 dates à retenir

Le groupe senior du RCAB reprendra l’entraînement le 2 août, disputera un match amical le 27 août face à Vinay (Fédérale 2) en Isère, effectuera un stage de préparation à Marlhes les 3 et 4 septembre prochains et reprendra la compétition le 11 septembre.

Lire la suite...

Excellence B : bilan de la saison avec Laurent Boigne, entraîneur des lignes arrières

Sébastien Comte et Laurent Boigne, un soir d’entraînement, en train de préparer le match du week-end. Au bout du compte, leur équipe a réalisé un parcours qui laisse augurer de belles choses. (photo Yves Verrière)

On a souvent évoqué l’excellent parcours de l’équipe fanion du club et la belle unité qui a régné au sein du groupe senior dans son ensemble. Il est temps maintenant de se pencher sur les performances d’une équipe réserve qui n’a pas été en reste, malgré toutes les contraintes liées à sa spécificité.
Elle est l’antichambre de l’équipe Une et doit répondre aux besoins de celle-ci tout en essayant de faire progresser à la fois individuellement et collectivement des joueurs de générations diverses, jeunes et moins jeunes, et de niveau dissemblable.
C’est la tâche à laquelle se sont astreints les deux coaches Laurent Boigne pour les arrières, Sébastien Comte pour les avants, et ce avec beaucoup d’enthousiasme et de sérieux. Au bout du compte, ils ont décroché la quatrième place de leur poule et disputé les barrages du championnat de France. Le premier a bien voulu faire le bilan d’une saison encourageante.

Laurent, comment qualifieriez-vous cette saison : d’honorable, de prometteuse, d’encourageante ?

Elle a été pleine de promesses. On a réussi à se qualifier pour les phases finales dans une poule relevée. C’est une satisfaction même si j’estime qu’on a encore une grosse marge de progression.

« Voir autant de joueurs de la B se trouver
sur le terrain contre les Angles,
c’était une belle satisfaction, une fierté. »

Quelles sont les principales satisfactions ?

J’ai bien aimé la force de caractère montrée par le groupe malgré sa jeunesse. Les gars n’ont jamais baissé la tête, il y a toujours eu cette envie d’apprendre, de progresser.

Quels sont vos principaux axes de travail à l’avenir ?

On doit mieux animer les zones autour des rucks, maîtriser davantage nos temps forts et nos temps faibles. Calmer le jeu quand il le faut, faire les bons choix mais tout cela est une question d’expérience et s’acquiert en jouent des matches. Notre groupe est très jeune. On travaille sur le projet de jeu pour apporter des solutions supplémentaires aux joueurs. Il y a du boulot ! (rires)

On le sait, vous dépendez des besoins de l’équipe Une, des blessures et autres choix des coaches. Comment ça s’est passé cette saison ?

On a utilisé pas loin d’une cinquantaine de joueurs. Forcément que c’est handicapant au niveau de la cohésion mais ce n’était pas une surprise. Tout était clair au départ et cela a été bien géré par les staffs. La passerelle entre équipe Une et réserve s’est bien faite. Beaucoup de gars ont été appelés au-dessus, ont été à la hauteur, d’autres ont gagné leur place, d’autres encore ont fait l’ascenseur, tous avec un excellent état d’esprit.
On est en train de mener des entretiens avec les joueurs et leur ressenti à ce sujet est positif. Voir autant de joueurs de la B se trouver sur le terrain contre les Angles, c’était une belle satisfaction, une fierté.

Vous avez perdu sans discussion votre match de barrages contre Rion Morcenx (22-3)?

On s’est incliné face à une belle équipe, qui jouait très juste. On a beaucoup appris sans pouvoir en tirer vraiment des leçons car la saison s’est terminée dans la foulée.

Le meilleur match de votre équipe, celui qui a correspondu à vos attentes ?

Il y en a deux : celui contre Aix-les-Bains à domicile. Ce fut le match parfait parce que les gars ont fait ce qu’on avait prévu de faire. Et puis, celui d’Ampuis, à la maison aussi, où on a montré du caractère et bien appliqué ce qu’on avait vu à la vidéo.

La réserve du RCAB va évoluer en Fédérale B, du fait de l’accès de la Une à la Fédérale 2. Qu’est-ce que vous savez de ce championnat ?

Pas grand-chose. On part dans l’inconnu. On attend de savoir dans quelle poule on va se trouver car ça peut être très différent d’une poule à l’autre.

 

Noëlys Girard, ballon en main, incarne bien la jeunesse et l’enthousiasme d’un groupe prometteur mais qui doit acquérir de l’expérience (photo Léana Verrière)

Lire la suite...

Tournoi régional Rehacoor à Andrézieux: un rassemblement chaud et chaleureux

Une belle phase de jeu du RCAB  face aux Zouzous du 38, avec ce décalage sur l’aile (photo Mathys Verrière)

Marie Boutin, responsable de l’agence d’intérim Start People et membre influent du comité directeur du RCAB au beau milieu des joueurs et joueuses du RCAB sport santé, parés du maillot sponsorisé par sa société (photo Mathys Verrière)

Fabrice Flotte a posé en compagnie de l’équipe du RCAB qui a honoré son beau maillot! (photo Mathys Verrière)

Malgré la fatigue causée par quatre matches intenses de 8 minutes chacun, à voir les sourires sur les visages des participants et des organisateurs à l’issue de ce tournoi régional du sport adapté, organisé conjointement par la structure Rehaccor 42 et l’hôpital Bellevue de Saint-Etienne avec la collaboration du RCAB, on peut estimer que chacun des joueurs (et joueuses) des 7 équipes en présence a vécu une belle matinée de sport et de partage. Dans le pur esprit du rugby à toucher où les plaquages sont proscrits.
Cette matinée très chaude, sur les belles pelouses du complexe des Essarts, a répondu pleinement aux principes de lien social, de solidarité et de convivialité définis pour permettre la réinsertion par le sport aux participants venus de Clermont, Grenoble, La Roche sur Foron ou Saint-Etienne.

Danielle Linossier et Yann Boulon se sont vus remettre un chèque de 1 000 euros pour la structure de Rehacoor de la part du RCAB et de ses partenaires. (photo Mathys Verrière)

Au-delà du classement qui a consacré les Oranges sympathiques, ce tournoi organisé en lien avec notre club s’est parfaitement déroulé pour le plus grand bonheur des participants, de leurs accompagnants et des responsables de Rehacoor 42. Tout ce beau monde a ensuite déjeuné dans les locaux des Essarts.
Yann Boulon, directeur général de Rehacoor 42 et Danielle Linossier, coordinatrice du pole médico-social Reha-Lise ne cachèrent pas leur satisfaction après coup d’avoir pu installer cette dynamique avec le club, et relever le défi d’une organisation en commun à l’occasion de ce tournoi.
Les sociétés d’intérim Kelyps et Start People, partenaires du RCAB, ont apporté leur soutien financier à cette initiative, via leurs représentants, Fabrice Flotte, pour la première, Marie Boutin pour la seconde. Tous deux étaient présents au bord du terrain. Un superbe jeu de maillots fut offert à l’équipe sport santé du RCAB qui a terminé 4e du tournoi ainsi qu’une contribution financière à Rehacoor 42 (voir photo ci-contre)
Le bonheur fut dans le pré et dans l’après, avec le recueil des sentiments vécus lors d’un atelier interview: Arnaud nous avoua « avoir été très bien accueilli et avoir passé de bons moments avec ses camarades de jeu », Thomas avoir apprécié d’avoir pu s’exprimer pleinement « dans un cadre super beau » où il a pu faire valoir une belle pointe de vitesse qui a permis à son équipe de remporter le tournoi, Jessica fit remarquer à juste titre les progrès réalisés par l’ensemble de son équipe depuis un an et demi, dans un climat où « la bienveillance, le plaisir et l’envie ont toute leur place », Ysam résumant bien le sentiment général en déclarant que tout lui avait plu,« les matches, les entraînements, les repas lors des trois tournois auxquels il a participé. Faire du sport, bouger, partager, travailler sa concentration, dépasser ses limites, aller vers les autres, créer un lien, c’est tout cela que j’aime » sourit-il.
C’est riche de toutes ces expériences que les participants ont quitté les Essarts en début d’après-midi. C’était là l’essentiel. Bravo à l’équipe organisatrice du RCAB dans son ensemble et aux divers encadrants des équipes pour cette belle manifestation mise sur pied avec le staff technique, les éducateurs qui ont joué le rôle d’arbitres, et bien sûr les responsables de Rehacoor 42.

Le classement du tournoi : 1/ Oranges sympathiques, 2/ Dahus 3/ Zouzou du 38 4/ RCAB 5/ Gladiateurs 6/ Green Furania 7/ Volcans

Lire la suite...

Soirée club au Pub Art Music: un grand moment de plaisir et de partage

Philippe Guillaumond, micro en main, a démarré la soirée en rappelant tout le travail réalisé par Eric Trouillet, à la tête du club depuis le début des années 2000. (photo Léana Verrière)

Adrien Tronchet et Antonin Namyls se sont mis en quatre lors de cette soirée! (photo Léana Verrière)

C’est au PAM, établissement reconnu pour sa convivialité et sa fibre rugbystique que le président Eric Trouillet et son équipe de dirigeants ont mis un point d’orgue festif à une saison intense, passionnante et auréolée d’une montée en Fédérale 2 pour l’équipe senior garçon.Toutes celles et ceux qui ont contribué à cette réussite, chacun dans leur domaine de compétence, avec envie et détermination, sont venus partager ce bon moment lors de cette chaude soirée.
Joueurs, joueuses, coaches, dirigeants, bénévoles, partenaires public et privé ont échangé sur les grands moments de la saison autour d’un verre, d’autant plus apprécié en cette période caniculaire.
Puis est venu le moment solennel de la remise de leurs maillots aux joueurs par les dirigeants et bénévoles du club.
Une manière de marquer le lien fort qui unit les membres du RCAB au nom d’une cause commune : faire évoluer le club dans toutes ses composantes avec une locomotive entraînante, l’équipe fanion.
Philippe Guillaumond, maître des lieux et très attaché au club dont il fut longtemps le co-président y alla de son petit discours, pour notamment mettre en évidence le travail réalisé par Eric Trouillet depuis près de deux décennies. Puis, sous les applaudissements d’un auditoire enthousiaste, les joueurs reçurent la tunique qu’ils ont portée tout au long d’un parcours inoubliable, des mains de celles et ceux qui les ont soutenus dans leur périple rugbystique. Il fut ensuite l’heure de fêter cela en se restaurant et en trinquant à cette réussite.

La file d’attente était longue pour déguster l’excellent sandwich de Pierre-Jean Liogier (photo Léana Verrière)

C’est ce que l’on appelle une belle brochette qui entoure là les deux coaches! (photo Léana Verrière)

La cent cinquantaine d’invités défilèrent devant l’étal improvisé
en plein air de Pierre-Jean Liogier, meilleur apprenti de France
en charcuterie traiteur venu de Saint-Genest-Lerpt pour proposer
avec son équipe un sandwich maison avec du veau, des aubergines qui a ravi les papilles de tous les convives de cette soirée qui se termina dans l’allégresse. En laissant le souvenir d’un grand moment de partage et de plaisir.

Les Jarjilles étaient de la partie! (photo Léana Verrière)

Lire la suite...

Bilan de la saison en Fédérale 3: du tac au tac avec Clément Vidal et Matthieu Llari

Clément Vidal et Matthieu LLari, après la qualification aux Angles. Un duo complémentaire et impliqué qui a conduit le groupe andrézien en Fédérale 2. Bravo, Messieurs!

On leur a posé 15 questions sur l’inoubliable saison de leurs protégés, et les deux coaches de Fédérale 3 nous ont fourni, chacun dans leur coin, quinze réponses personnalisées, en fonction de leur ressenti, de leur personnalité et de leur expérience. Ils se rejoignent sur un certain nombre, nous font part parfois de choix différents, sans que l’on puisse penser que cela ait nui à la complémentarité de leur duo, qui a parfaitement guidé son groupe, la plupart du temps sur le chemin du succès, tout au long des 18 matches de championnat et des cinq rendez-vous de phases finales. Toute une saison en 15 questions!

L’état d’esprit, l’implication,
la cohésion et les convictions

Qu’est ce qui fait que vous avez réussi votre saison ?

Clément Vidal : l’état d’esprit que l’on a commencé à construire lors du stage de présaison. Notre potentiel offensif (1 ère attaque de la poule avec 77 essais marqués). L’implication des joueurs sur l’ensemble de la saison (présence aux entraînements, aucun match manqué pour vacances ou autres raisons).

Matthieu Llari : la cohésion et la vie du groupe, l’investissement aux entraînements et la réussite dans nos convictions de jeu.

Quel est pour vous le tournant de la saison ?

C.V : le premier tournant, ce sont nos victoires contre l’ASSMIDA et Le Puy à domicile, où nous avons pris conscience que nous pouvions matcher avec les plus gros. Le deuxième tournant, c’est la victoire à la Tour-du-Pin qui nous a permis de prendre cette deuxième place au classement.

M.L : le match contre l’ASSMIDA (Isle d’Abeau), leader du championnat à ce moment-là, qui lance une belle série.
Le match retour contre Aix-les-Bains, où on prend le bon wagon en battant un concurrent direct.
Le match retour à Vallons de la Tour où on valide le podium tout en prenant notre revanche du match aller (seule défaite à domicile)

Matthieu Llari en train de debriefer un match avec les joueurs. L’exigence a payé au final. (photo Léana Verrière)

Un tableau de chasse bien rempli
avec les Angles et Le Puy, l’ASSMIDA,
Saint-Savin et Ampuis

Quel a été votre meilleur match en phase régulière ?

C.V : celui face au Puy à domicile (victoire 31-19).

M.L : celui contre Saint-Savin à domicile sans oublier l’enchaînement de 4 victoires contre l’Assmida, Ampuis, Le Puy et Givors lors de la phase aller !

Quel a été votre meilleur match en phases finales ?

M.L : Les Angles en 16es de finale aller 27-17, nous sommes les premiers à les battre cette saison !

C.V : Les Angles à domicile, car battre le premier national invaincu, c’est exceptionnel !

L’action de jeu que vous avez en tête qui incarne le mieux votre saison ?

C.V : L’essai de Bertrand Chabert contre Les angles à domicile, un essai de 70m après une mêlée, aucun blocage, que des passes devant et dans la défense ou après contact.

M.L : impossible de ressortir une action en particulier, chaque match a son scénario et les émotions qui vont avec. Un contre ruck dans un temps faible se savoure autant qu’un essai de 80 mètres.

L’adversaire qui vous a le plus impressionné en phase régulière ?

C.V : Le Puy-en-Velay notamment chez eux!

M.L : Aix-les-Bains.

Le coup de sifflet final
qui restera dans les annales

L’adversaire qui vous a le plus impressionné en phases finales ?

C.V : Grenade, un adversaire qui nous ressemblait beaucoup dans sa philosophie de jeu.

M.L : Grenade Sports, notre adversaire en 8es de finale.

Le Souvenir qui restera gravé à jamais dans votre mémoire ?

C.V : le coup de sifflet final contre Les Angles au match retour, nous montons sur ce match. Ce fut un très grand moment.

M.L : le coup de sifflet final au Angles !

Le moment le plus difficile de votre saison ?

C.V : Notre première mi-temps au Puy où nous n’avons pas existé sur le terrain, ce qui nous a valu pas mal de moqueries de la part de certains joueurs et quelques membres du staff. Mais au final c’est nous qui jouerons en F2…

M.L : la défaite dans les arrêts de jeu (8 min) à l’ASSMIDA, où on méritait de gagner !

Est-ce que le classement de la poule vous paraît refléter la réalité de ce qui s’est passé ?

Clément Vidal a l’habitude d’appeler ces joueurs « les gaziers » sans doute parce qu’il se sont montrés souvent explosifs! (photo Léana Verrière)

C.V : oui, on va dire que les équipes qui proposaient le plus de jeu ont été récompensées, sauf Aix-les-Bains qui finit 5e. Le classement était très serré, ce qui montre la densité et la difficulté de cette poule.

M.L : oui, notre place était dans les 3 premiers.

Quelque chose vous reste t-il en travers de la gorge ?

C.V : notre défaite à Saint-Jean-de-Bournay où avec 17 points d’avance à la mi-temps, nous perdons 24-20. C’est la seule fois de la saison où nous avons remis en cause l’arbitrage qui a été bizarrement orienté contre nous en 2 e mi-temps.

M.L : la première mi-temps au Puy-en-Velay… Mais avec du recul elle a fait du bien et permis une remise en question de tout le groupe.

Un groupe au diapason, des révélations
et des confirmations

Le trio de joueurs qui vous a bluffé ?

C.V : difficile de sortir 3 joueurs du lot, car ils méritent tous d’être mis en avant pour cette saison. Mais s’il fallait en sortir trois je dirais :

Victor Tinel qui a été très constant et très performant sur toute la saison. Pour un jeune de 20 ans, c’est assez fort !
Vincent Renaudier qui a été bon tout au long de la saison en marquant des essais importants mais qui a été impérial en phases finales avec comme image marquante son essai de 50 m en solo contre les Angles au match aller.
Bastien Demas pour sa constance tout au long de la saison, sa réussite au pied contre Les Angles et son dernier match contre Grenade où pour moi il a été le meilleur sur le terrain à égalité avec le 12 de Grenade.
Mention spéciale à Guillaume Gaillard qui a surpris coéquipiers et adversaires par son activité énorme sur le terrain et ses gros placages malgré son modeste gabarit pour un 3 e ligne aile.
Mention spéciale aussi à Antoine Pandraud qui finit la saison meilleur marqueur d’essais.

M.L : impossible de sortir des joueurs du lot, chacun d’entre eux a contribué à sa façon à la réussite de cette saison.

Le nombre de joueurs que vous avez utilisés en équipe première ?

C.V : nous avons utilisé 41 joueurs sur toute la saison (29 en phases finales)

M.L : je laisserai Clément (Vidal) répondre, je dirai entre 45 et 50 joueurs…

Une relation de confiance avec les joueurs

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour un entraîneur ?

C.V : garder son groupe motivé tout au long de la saison, le faire repartir au combat tous les week-ends malgré les moments compliqués que l’on peut connaître sur une saison. Je pense que nous avons réussi et que les joueurs ont adhéré à notre discours.

M.L : gérer l’humain (et les absences).

Quel secret de votre coaching pouvez-vous nous dévoiler que vous n’avez encore jamais livré ?

C.V : pour ma part, c’est plus le côté humain et les liens que tu peux créer avec les joueurs. Je pense que ça installe une relation de confiance avec eux. Etre irréprochable dans son travail aussi car les joueurs sentent l’investissement que l’on a à leur égard et ça leur donne envie de s’investir à fond.

M.L : aucun secret, il faut juste être passionné et investi ! 

Lire la suite...

EDR: tournoi des Géants à Frontignan: un week-end réussi

Le groupe U8 avec ses éducateurs Enzo Campeggia, Julien Grange et Mathys Verrière a porté haut les couleurs du RCAB.

Nos jeunes se sont essayé aux joutes avec beaucoup d’enthousiasme.

Fille comme garçon, au RCAB, on va de l’avant avec une grande détermination.

Ce week-end, les jeunes licenciés de l’école de rugby du RCAB, des catégories U8, U10, U12 jusqu’aux U14 participaient au tournoi des Géants de Frontignan, qui avait dû être reporté pour raison de Covid les saisons passées ! Deux bus bien remplis avec 63 enfants, 12 éducateurs et 30 parents sont partis vendredi soir direction l’Hérault pour rejoindre le camping où joueurs, coaches et parents étaient hébergés le temps du week-end. Après une pause pique-nique à Montélimar, la délégation andrézienne s’est installée tardivement dans les mobil-homes du camping pour un sommeil réparateur.
Samedi,ce sont les U10 et les U14 qui ont joué toute la journée pendant que les autres ont alterné entre diveres activités joutes, promenade en voilier, baignades ou encore visite de Sète par le canal du Midi, accompagnés par éducateurs et parents!
Au niveau des résultats, les U10 terminent 5e sur 10 dans la poule M10 DEB. Bravo au staff et joueurs U10 pour ce super tournoi !Les U14 terminent eux 14e sur 16 avec tout de même de beaux matches qui se sont terminés sur des scores serrés !! Bravo aussi aux joueurs et coachs.Le dimanche ce fut au tour des U8 et U12 de chausser les crampons pendant que les U14 et U10 s’adonnaient aux mêmes activités que les autres catégories la veille.
Nos U8 finissent le tournoi avec les honneurs, 6 victoires et 2 défaites qui leur ont permis de s’adjuger la 7e place du tournoi sur 19 équipes! Bravo les jeunes et merci les encadrants pour ce beau tournoi!
Les U12 ont su faire preuve de caractère tout le long du tournoi pour finir à la 18 e place sur 26 équipes ! Bravo aux éducateurs et joueurs de cette catégorie pour cette belle saison !
Un grand merci, particulièrement à Bruce Mathieu, responsable de l’EDR pour l’organisation du voyage, ainsi qu’à Mireille et Carole nos deux bénévoles qui sont là chaque mercredi et samedi matin et qui étaient aussi présentes pour aider à l’organisation sur place ! Merci aussi aux parents qui ont accompagné leurs enfants et ont créé une bonne ambiance lors de cette sortie réussie.

Antoine Durry et Guillaume Hervet ont bien encadré les U12!

Le message de Bruce Mathieu, responsable de l’EDR

« Dans l’ensemble ce week-end a été magique pour tout le monde, dans une ambiance très conviviale animée par les éducateurs et les parents. Les enfants en sont ressortis avec des valeurs que nous souhaitons leur transmettre et on l’a ressenti au retour en bus.
Je tiens à remercier tous les parents pour leur aide, leur présence, la bonne humeur qu’ils ont apportée, tous les éducateurs pour le travail réalisé tout le long de la saison, qui a contribué à la formation et à l’évolution des enfants ainsi qu’aux bons résultats d’ensemble.
Pour ce qui s’agit particulièrement du week-end à Frontignan, tous nos remerciements aux chauffeurs de bus qui ont été top tout le week-end. Un ÉNORME MERCI aussi à Mireille et Carole qui ont énormément aidé à l’organisation et sans qui ce voyage n’aurait pas été possible.

Lire la suite...