News

Reprise à l’école de rugby

L’heure des retrouvailles a sonné

Le groupe des U 8, encadré par les coaches Charles Tonon, Pierre-André Jay, Mathys Verrière s’est défoulé avec grand plaisir pour cette reprise tant attendue. (photo Yves Verrière)

Ballon en main, prêt à sauter les obstacles avec les copains de l’école de rugby! (photo Yves Verrière)

La bonne nouvelle émanant de la FFR est tombée en ce début de semaine, l’ensemble de nos licenciés vont pouvoir reprendre le chemin du stade. Une autorisation de reprendre le rugby dans le plus strict respect des règles sanitaires, c’est-à-dire sans contact et par groupe de 10.
Les vestiaires du stade restent pour le moment fermés et le port du masque est obligatoire pour tous en dehors du terrain.
L’école de rugby a été la première à rechausser les crampons ce mercredi après-midi sur le terrain synthétique du stade Baudras. Les seniors reprennent dès vendredi par groupe de 10.
Toutes les autres catégories reprennent leurs activités à leurs horaires et lieux habituels. (-14 à Baudras). Quel plaisir de (re)voir tous ces mômes gambader joyeusement sur le terrain, encadrés par les éducateurs du club, eux aussi le sourire aux lèvres, de renouer le contact avec ces jeunes pousses prêtes à se défouler, à galoper à en perdre haleine. Samedi, ce sera au tour des plus grands de faire leur retour. Le coeur de Baudras va battre à nouveau très fort au rythme des rugbymen et women du RCAB, sans oublier toutes les précautions à prendre!!!!

L’école de rugby du RCAB a envoyé un message d’encouragement sur les réseaux sociaux à l’équipe des Fidji avant son match contre la Géorgie. (photo Yves Verrière)

Le groupe des 10-12 ans dirigé par Bruce Mathieu a repris l’entraînement avec beaucoup d’enthousiasme. (photo Yves Verrière)

Lire la suite...

Les Fidji en préparation au stade Baudras

Vern Cotter : «  Merci pour votre travail
et votre gentillesse »

Vern Cotter au milieu de ses troupes, qui ont montré beaucoup d’enthousiasme à l’entraînement (photo Léana Verrière)

Il est encore des gens dans le sport de haut niveau qui ont la reconnaissance du ventre, en même temps qu’une belle humanité. Vern Cotter, 58 ans, le sélectionneur des Fidji et ancien coach emblématique de l’ASM Clermont a rendu un bel hommage aux dirigeants du RCAB ce mardi matin, après que son groupe se soit entraîné longuement sous une pluie fine et froide sur la pelouse humide du stade Roger Baudras.
Ces dernières semaines, le terrain d’honneur du RCAB est devenu le fief des Fidjiens volants qui, faute de pouvoir disputer les rencontres officielles de l’Autumn Nations Cup, contre la France, l’Italie et l’Ecosse en raison des nombreux cas de Covid 19 qui se sont propagés au sein de la sélection du Pacifique, se sont entraînés pour ne pas perdre le rythme et ne pas casser la dynamique qu’était en train d’installer leur nouveau coach depuis son arrivée en janvier.
Vern Cotter l’avoue «  cela a été une grande frustration » de ne pas avoir accès à la compétition pour se jauger et évaluer les progrès de son équipe.

« Une envie folle de jouer »

Le sourire de l’ailier du LOU, JosuaTuisova, incarne bien la joie de vivre des Fidjiens, malgré les soucis causés par la Covid 19 (photo Léana Verrière)

Il n’est pas simple « d’être enfermés » alors que les joueurs rêvent de grandes chevauchées dont ils ont le secret. La délégation fidjienne, forte de 44 personnes a dû prendre son mal en patience et le sélectionneur confiait ce mardi avoir senti « l’enthousiasme et l’envie folle de jouer » de ses joueurs, à la fois guerriers et artistes.
Devant un parterre d’élus dont Philippe Denis, maire de Saint-Galmier et François Driol, maire d’Andrézieux, de partenaires du club, d’éducateurs et de représentants des médias, réunis en nombre restreint dans un angle de la tribune Julien Bonnaire, les rugbymen vêtus de noir ont beaucoup travaillé leurs automatismes afin d’être prêts à affronter la Géorgie samedi à Murrayfield en Ecosse dans un match de classement qui permettra aux partenaires de Nemani Nadolo de dépenser toute l’énergie accumulée dans les chambres de l’hôtel de La Charpinière à Saint-Galmier depuis début novembre.
Ils ont mis beaucoup d’intensité et d’enthousiasme dans les exercices, dans leur style spectaculaire et avec leurs gabarits si impressionnants.
Ils plieront bagages ce jeudi direction l’Ecosse, avec le souvenir d’avoir passé du bon temps malgré tout dans le Forez. Vern Cotter dit avoir apprécié la gentillesse et la disponibilité des dirigeants du RCAB. En leur nom, le président Eric Trouillet lui a remis un tee-shirt et une casquette à l’effigie du club ainsi qu’un magnum de Saint-Joseph, que le coach Cotter a glissé sous son bras, en promettant de revenir à Andrézieux dès l’année prochaine. Et pourquoi pas aussi dans trois ans pour la coupe du monde en France.

Les joueurs fidjiens ont gentiment posé pour une photo souvenir, avec pour deux d’entre eux, le maillot du RCAB sur le dos (photo Léana Verrière)

Lire la suite...

Appel à la solidarité

Chers parents, licencié.e.s et bénévoles,

En cette année « pas comme les autres », de nombreuses associations sont en grande difficulté. C’est pourquoi notre partenaire, les établissements LECLERC, qui connaît parfaitement l’esprit de solidarité qui existe dans le rugby, vient nous solliciter pour une association qui lui est chère : le SECOURS POPULAIRE.
Toutes les années, à l’occasion des fêtes de Noël, le Secours Populaire organise la confection de paquets cadeaux dans la galerie marchande de l’hypermarché Leclerc d’Andrézieux, cependant, aujourd’hui, pour cet évènement très important pour eux, ils sont en déficit de bénévoles.
Nous souhaiterions leur venir en aide et, pour cela, nous comptons sur VOUS TOUS : joueurs, joueuses, parents, enfants et toutes âmes charitables de votre entourage.
Cette action se déroule du mercredi 9 décembre au jeudi 24 décembre de 9h à 19h avec idéalement une personne en semaine et 2 en week-end, surtout sur les derniers jours.
Merci de donner, ne serait-ce que deux heures de votre temps, pour soutenir cette association qui est si utile en ces temps difficiles.
Merci de nous faire part de vos disponibilités par retour de mail, au plus tard le 5 décembre, afin de montrer que le mot SOLIDARITE n’est pas un vain mot au sein de la famille du RCAB.
Un grand merci d’avance à vous toutes et tous.

Éric Trouillet, président du RCAB    

Lire la suite...

Quiz du confinement (1)

Vincent Renaudier:
« On est bien meilleurs en défense »

Vincent Renaudier a tout de suite donné le tempo offensif au RCAB lors du premier match à Buxy. (photo Léana Verrière)

Après l’entraîneur Clément Vidal, c’est au tour de l’expérimenté troisième ligne du RCAB de juger le début de saison de son équipe dont il loue la solidarité et la capacité à prendre des points lors des cinq matches qu’elle a disputés. Une constance dans la performance qui a été stoppée net, et il le regrette vivement, par l’arrêt brutal de la compétition. »

Votre meilleur match ?
« Sans aucun doute le dernier que nous avons disputé à Moulins. J’ai aimé la façon dont on a défendu. On s’est montré solides et on n’a pas craqué. La saison dernière, on n’aurait pas tenu le coup. Il y a beaucoup plus de solidarité dans le groupe, notre jeu est plus propre. »

Votre moins bon match ?
« Celui à domicile contre Cusset. Ce que l’on a fait de mieux, c’est de le remporter mais ce fut un match compliqué que l’on n’aurait bien pu perdre. On n’a pas été assez concentré, comme si on était sûr de le gagner facilement avant de l’avoir joué. Notre large victoire à Buxy nous avait mis en confiance, peut être trop. On est revenu sur terre. »

« C’est bon pour la confiance »

Votre principale satisfaction ?
« On est bien meilleurs en défense, ce qui nous a permis de prendre des points ainsi que des bonus (un offensif contre Buxy, deux défensifs à Riom et Givors) lors des cinq matches que l’on a joués. On est resté dans une dynamique, une continuité dans les résultats. Il n’y a pas eu de coup d’arrêt. On peut encore progresser, être plus constants. La saison passée, on n’avait pas remporté un seul match à l’extérieur, là, on en déjà gagnés deux. C’est bon pour la confiance. Après, au niveau attaque, je ne me fais pas de souci. »

Votre principal regret ?
« Que le championnat s’arrête alors que l’on faisait un très bon début de saison. On était sur une bonne lancée. C’est pénible de ne rien faire, de ne pas savoir si on va reprendre. »

Votre plus bel essai ?
« Celui de Martin Moine à Givors. On part de notre camp jusqu’à l’en-but. C’est une belle action collective. Et surtout, cet essai nous permet de prendre le bonus défensif »

Lire la suite...

Quiz du confinement

Clément Vidal : « On reste gourmands »

Clément Vidal peut applaudir au début de saison très encourageant du groupe senior. Il livre ses impressions sans détours. (photo Léana Verrière)

Le championnat s’est arrêté brutalement le 23 octobre, le vendredi précédent le match contre Tournus qui devait clore le deuxième bloc de trois matches de ce début de saison. La ville de Tournus avait émis un arrêté interdisant l’utilisation de ses installations sportives. Depuis, les coachs Clément Vidal et Matthieu Llari prennent leur mal en patience.
Afin d’animer ces semaines, voire ces mois d’attente avant que ne reprenne la compétition, on a voulu savoir comment les acteurs avaient vécu ce début de saison. Clément Vidal a bien voulu se prêter le premier à un petit bilan après cinq matches dont quatre déplacements. Il a répondu à un quiz de six questions. La rubrique se poursuivra avec d’autres joueurs, coaches et dirigeants des deux équipes seniors.
Pour mémoire, rappelons que le RCAB a d’abord battu Buxy (15-34) avant de se défaire de Cusset à Baudras (24-13) puis a enchaîné par une courte défaite à Riom (10-9), une autre plus large à Givors (26-20) avant de s’imposer avec panache et courage à Moulins (22-28).
Au bout du compte, les Andréziens ont récolté des points partout pour en compter 15 après 5 rencontres, soit 3 par match. Trois comme la 3e place qu’ils occupent à ce jour, derrière Villars-les-Dombes et Riom, ces deux adversaires comptant un match de plus.

Votre meilleur match ?
«  Il y a en deux en fait. Si je m’en tiens au contenu, je dirais celui de Riom car cette équipe figurait parmi les deux dont j’avais fait mes favorites pour le haut du classement avec Villars-les-Dombes. On méritait amplement de gagner ce match. Après, pour plein d’autres critères, je ne peux pas faire abstraction de notre victoire à Moulins. On gagne à l’arrache, au courage. J’estime que c’est notre match référence. »
Votre moins bon match ?
« Il y en a deux là encore : contre Cusset, malgré notre succès, on a manqué de justesse, on a raté trop de choses pour être satisfait de cette prestation. Ensuite, il y a notre première mi-temps catastrophique à Givors où l’on donne deux essais à nos adversaires. »
Votre principale satisfaction ?
« Le taux de présence aux entraînements de l’ensemble du groupe senior, avec en moyenne 55 joueurs par séance. Ça correspond à 80 % de l’effectif. Outre la présence massive, je retiens l’investissement des gars. L’autre point positif, c’est la qualité de l’effectif. On a fait pas mal de turnover, de rotations (une trentaine de joueurs ont évolué en équipe première) sans que cela n’occasionne de baisse de régime. Ça montre la qualité et la profondeur de l’effectif.
C’est intéressant dans l’optique d’une saison qui risque d’être condensée dans le temps en raison de l’arrêt de la compétition. On aura besoin de toutes nos forces. On est dans une bonne dynamique tout en ayant disputé quatre de nos cinq rencontres à l’extérieur. »
Votre principal regret ?
« La défaite à Riom (10-9) où on aurait pu frapper un grand coup. Et puis, bien sûr, que la saison soit suspendue alors qu’on était dans une bonne dynamique, avec du potentiel et une vraie cohésion. Si on continue d’avoir une des meilleures attaques de la poule, on pêche un peu en défense. L’idéal serait d’être dans le Top 6 des défenses. Si on y arrive, on ne sera pas loin du haut de tableau. »
Votre plus bel essai ?
«  Celui de Victor Bureau contre Moulins. Au préalable, il y a 5 ou 6 temps de jeu puis une belle série de passes avec de la vitesse d’exécution sur l’action qui amène l’essai en bout de ligne. Après, au niveau du spectacle, il y a celui de Martin Moine contre Givors. On part de notre camp et on va au bout. »
La question piège : comment aviez-vous de points la saison dernière après cinq journées ?
«  Deux ou trois, je crois car on n’avait pas encore gagné le moindre match. Notre premier succès, c’était contre le Rhône Sportif le 11 novembre ! »
L’avenir ?
«  Il est incertain. La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’il nous faudra au moins un mois d’entraînement avant de pouvoir renouer avec la compétition. Il faudrait donc reprendre en décembre si on veut jouer en janvier. Je pense plutôt qu’on retrouvera la compétition en février. Ce qui m’importe, c’est qu’on reste gourmands. Je ne sais pas comment ça va se passer pour les montées. Comme il devrait y avoir trois descentes par poule en Fédérale 2, il devrait y avoir trois montées chez nous mais on est encore dans l’incertitude. »

 

Lire la suite...

Souvenirs des Fidji…

Matthieu Llari les a vus de près
en 2001

 

Matthieu Llari, coach des lignes arrières de l’équipe fanion du RCAB, était ramasseur de balle lors du France-Fidji de novembre 2001 à Geoffroy-Guichard. Il en garde un souvenir mémorable. (photo Léana Verrière)

On est le 24 novembre 2001 et parmi les ramasseurs de balle du match qui oppose en test-match l’équipe de France de rugby à la sélection des Fidji, dans un stade Geoffroy-Guichard bien rempli (plus de 33 000 spectateurs), figure un jeune cadet du CASE rugby, du nom de Matthieu Llari.
Dix neuf ans plus tard, à quelques jours près, l’entraîneur des lignes arrière du RCAB est toujours passionné de rugby, supporter des Bleus et en admiration devant les phénomènes du Pacifique.
Les souvenirs de ce match amical remporté largement par le XV de France (77-10) remontent très facilement à la surface : « J’avais été retenu parmi la dizaine de joueurs de la catégorie cadets de l’entente Loire Sud. Les organisateurs avaient choisi des cadets car il fallait des gars, ni trop petits ni trop grands. On s’était changé sous la tribune Henri-Point. On avait revêtu des tenues fournies par la Société Générale (partenaire historique de l’équipe de France de rugby) et on avait récupéré quelques ballons de match. Alors, c’est un souvenir inoubliable bien sûr. Je me rappelle aussi qu’il faisait très froid ce jour-là et qu’on avait mis trois couches de vêtements pour supporter la température glaciale » ajoute t-il, enthousiaste.
A l’époque, les Fidjiens suscitaient déjà la curiosité, de par leur jeu spectaculaire et leur impressionnant physique : « Ils me paraissaient immenses. Il y avait quelques vedettes comme Serevi le capitaine, le demi d’ouverture Tyrone Litlle et quelques autres artistes » mais évidemment le jeune Matthieu et ses copains n’avaient d’yeux que pour les joueurs au maillot frappé du coq gaulois.
En plus, ce coquin de Matthieu avait choisi un endroit stratégique pour ne rien manquer des faits et gestes des acteurs de cette rencontre : « Je me suis retrouvé juste devant le couloir d’entrée des joueurs et donc près du banc de touche où il y avait Rougerie, Jeanjan, Michalak. J’avais été impressionné de me trouver si près d’eux, ils étaient décontractés, rigolaient, certains m’avaient parlé pendant le match. J’en ai pris plein la vue. »

Il foule la pelouse de Geoffroy-Guichard
après chaque essai et passe à la télé

Et cerise sur le gâteau, Mathhieu va fouler plusieurs fois la pelouse pour apporter un nouveau ballon au centre du terrain après chaque essai marqué et la France en avait inscrit douze ce jour-là! Et puis, moment de gloire suprême: on le verra à la télé lors du résumé du match!
Du coup, il se faisait une fête de retourner à Geoffroy-Guichard, où il aime bien aller de temps à autre encourager les Verts, avant que le Covid ne fasse des siennes dans notre région et que ce premier match de l’Autumn nations Cup des Bleus de Fabien Galthié et Raphaël Ibanez, l’un capitaine de l’équipe de France, l’un présent en première ligne ce fameux 24 novembre 2001, soit déplacé à Vannes, puis carrément annulé pour cause de Covid dans les rangs fidjiens.
Une déception atténuée par la présence des joueurs du Pacifique sur le sol andrézien, au stade Baudras, où ils s’entraînent depuis une semaine. Matthieu Llari, qui fait partie des rares personnes à pouvoir assister aux séances, apprécie ce privilège à sa juste valeur. A quelques jours du rendez-vous avec la France, il estimait que les Fidji serait un adversaire coriace : « Ils vont nous poser de problèmes car ils ont l’une des meilleures ligne de trois-quarts du monde. Peut-être que leur petit point faible, c’est la charnière. Et devant, je crois que la France a plus d’arguments. »
A l’observation de la préparation du match de dimanche, le coach Llari trouve que les choses ont beaucoup changé depuis 2001 : « Le staff des Fidji est très bien organisé, il y a des entraîneurs spécifiques dans chaque domaine et les séances sont très structurées, rythmées. Tous ces joueurs sont capables de monter le curseur de l’intensité. Ils gardent ce côté un peu cool et c’est tant mieux. Je parie sur une victoire française mais ce ne sera pas un match facile. Je me rappelle qu’on a perdu notre dernier match contre les Fidji (en novembre 2018 au stade de France (14-21) » La revanche n’aura donc pas lieu.

Lire la suite...

Autumn Nations Cup

Les Fidjiens ont investi Baudras

 

Petite pause pour les Fidjiens qui se sont entraînés sur le terrain synthétique. (photo Yves Verrière)

La délégation des Fidji, forte de 44 membres, est arrivée comme prévu dimanche et a posé ses bagages à l’hôtel de La Charpinière à Saint-Galmier. Et ce lundi en fin de matinée, sous un éclatant soleil automnal, les joueurs de Vern Cotter ont découvert les installations du stade Roger Baudras pour y vivre leur première séance d’entraînement sur le sol andrézien. Ils sont arrivés dans deux bus de la société 2 TMC , partenaire du RCAB, afin de bien respecter les mesures sanitaires de distanciation.
L’ancien coach de l’ASM Clermont, après avoir foulé la pelouse parfaitement tondue du terrain d’honneur, a salué chaleureusement le président du RCAB, Eric Trouillet, ainsi que le coach Clément Vidal, les éducateurs Bruce Mathieu et Enzo Mandran, présents pour répondre aux ultimes sollicitations du staff technique fidjien.

Eric Trouillet, le président du RCAB, Vern Cotter, le coach des Fidji et Carl Incorvaia ont foulé la superbe pelouse de Baudras avant de prendre un café en toute convivialité. (photo Yves Verrière)

Après avoir pris un café à la buvette en compagnie aussi des représentants de la commune d’Andrézieux, Stéphane Basson et Carl Incorvaia, le patron de la sélection fidjienne a donné le départ de la préparation en vue du premier match de la compétition contre l’équipe de France , dimanche à Vannes.
Une partie des joueurs a investi le chapiteau installé à l’entrée  du stade pour s’y adonner à des exercices de renforcement musculaire, sur fond de musique rythmée, tandis que les lignes arrière ont rejoint le terrain synthétique où ils ont travaillé ballon en main. Un régal de dextérité et de vitesse !
Sous l’objectif d’une caméra et d’un drone, suspendu dans le ciel pour décortiquer la séance, les choses sérieuses ont donc commencé et visiblement le staff fidjien a apprécié l’accueil que leur a été fait, tout comme d’apprendre que la température idéale de ce lundi matin va, a priori, régner  tout au long de la semaine.

Lire la suite...

Les Fidji à Baudras

Des hôtes prestigieux à Andrézieux

Les Fidji sont les bienvenus au stade Baudras à Andrézieux où ils s’entraîneront à huis-clos, en raison du Covid 19. (photo Enzo Mandran)

Dans cette période de Covid 19, l’incertitude règne au quotidien. Mais là, il n’y a plus de doute : la sélection fidjienne, en lice lors de l’Autumn nations Cup , va fréquenter notre département et plus précisément les communes de Saint-Galmier et Andrézieux-Bouthéon à partir de ce dimanche en fin de journée. C’est le moment prévu de leur arrivée.
C’est au coeur de La Charpinière, établissement réputé de la cité baldomérienne, et choisi par les organisateurs de la compétition, que les Iliens vont être accueillis tout au long du mois de novembre. Ce sera leur camp de base au plan de l’hospitalité. La Charpinière, établissement 4 étoiles, accessoirement partenaire du RCAB, a l’habitude d’accueillir des clubs de football et des sélections nationales de différentes disciplines car il dispose de remarquables installations.

La Charpinière pour l’hébergement,
Baudras pour l’entraînement

Son directeur, Franck Anderloni et son équipe sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour proposer un accueil parfait à la délégation fidjienne, qui doit rencontrer l’équipe de France le dimanche 15 novembre à Vannes. La rencontre était prévue à Saint-Etienne, au stade Geoffroy-Guichard mais la pandémie est passée par là. Logés, nourris et blanchis dans le havre de paix de Saint-Galmier, les fantasques et si spectaculaires manieurs de ballon du Pacifique s’entraîneront à partir de lundi sur les pelouses, synthétique et gazonnée, du stade Roger Baudras, où évoluent habituellement les équipes du RCAB.
Là encore, ce sont les organisateurs de cette compétition destinée à remplacer les tournées d’automne, empêchées par le Covid, qui ont fait le choix du stade Baudras comme site d’entraînement des Fidji. Un banc d’essai d’envergure pour le RCAB dans l’optique de la coupe du monde en France en 2023.
De leur côté, les édiles andréziens, avec les services administratifs et techniques de la commune, ont mis le pied à l’étrier afin de répondre au cahier des charges fixé par les organisateurs.
Dans le sillage du président Eric Trouillet, très investi dans cette affaire avec ses dirigeants, notre club a apporté sa pierre à l’édifice avec beaucoup d’enthousiasme, malgré un contexte compliqué.

Des appareils de musculation ont été mis à disposition des Fidjiens sous un chapiteau installé pour l’occasion. (photo Enzo Mandran)

Un chapiteau a été dressé par une société spécialisée au coeur des installations et équipé d’appareils de musculation pour permettre aux athlètes fidjiens d’entretenir leur physique déjà impressionnant. Les services techniques se sont chargés de l’alimenter électriquement pour l’éclairage et le chauffage.
Désormais, on n’attend plus que de découvrir tous ces joueurs talentueux dont pas mal d’entre eux fréquentent le Top 14. Mais laissons-les d’abord s’installer et prendre leurs marques car un défi très alléchant les attendront contre les Bleus, le dimanche 15 novembre à Vannes.

L’Autumn Nations Cup: comment ça marche

L’Autumn Nations Cup est un tournoi à huit équipes qui remplace les tests de novembre. Les matches se déroulent en France, en Irlande, en Italie et en Grande-Bretagne. Ce tournoi, qui vit sa première édition regroupe l’Angleterre, le pays de Galles, l’Écosse, l’Irlande, la France, l’Italie, les Fidji et la Géorgie. Les équipes sont réparties dans deux poules de quatre pays. Le groupe A est composé de l’Angleterre, de l’Irlande, du pays de Galles et de la Géorgie.
Le groupe B
comprend la France, l’Écosse, l’Italie et les Fidji. Chaque équipe rencontre les autres équipes de son groupe une fois d’ici la fin de la 3e journée.
 Le classement de chaque groupe déterminera l’affiche du dernier week-end où chaque équipe rencontre son vis-à-vis du groupe adverse. Le premier du groupe A affronte le leader du groupe B pour la première place, et ainsi de suite. Les seize rencontres de l’Autumn Nations Cup se déroulent sur quatre journées, entre le 13 novembre et le 6 décembre 2020.

Lire la suite...
sit Aliquam justo dapibus tempus at ipsum