Fédérale 3: RCAB – Rhône Sportif dimanche à 15h

Tout n’a pas été à jeter, loin de là, lors des deux premiers matches de la saison, mais le résultat comptable est là, les rugbymen du RCAB n’ont pris qu’un point en deux matches et le coach Clément Vidal est d’accord pour dire qu’il s’attendait à mieux. Même si l’adversité laissait penser qu’il faudrait batailler ferme pour décrocher au moins une victoire.Quand il avoue:  » On aurait dû au moins en gagner un « , il pense au premier contre les Vallons de la Tour. Ceci étant, il regarde devant lui avant cette confrontation face au Rhône Sportif dont l’objectif est clair: « On a besoin d’une victoire pour ne pas être décroché au classement et ne pas perdre confiance. Notre saison est au point mort, il faut la lancer afin de finir ce premier bloc sur une bonne note. Car les gars ont bien travaillé, beaucoup donné durant la préparation et méritent de valider leur investissement par un premier succès. »Dans cette optique, une priorité s’impose: mieux commencer les matches car les deux premières entames ont coûté cher en terme de points. Clément Vidal y a réfléchi et en concertation avec ses joueurs a décidé de mettre plus d’intensité dans la dernière partie d’échauffement, de manière à ce que ses garçons entrent dans le vif du sujet sans attendre. « D’autant plus que l’entame risque d’être rugueuse face à cette équipe accrocheuse, qui a du coeur, sait se sublimer et a toujours un petit supplément d’âme contre nous » indique le coach.

Victor Tinel, ballon en mains, lors d’une opposition durant la préparation, fait partie des joueurs capables d’être décisif lors d’un match qui s’annonce serré (photo Léana Verrière)

Mettre de l’intensité pendant 80 minutes

Le décor de ce premier tournant de la saison est planté: il faudra aller à l’essentiel et mettre les ingrédients indispensables à un match qui s’annonce serré:  » ça va ferrailler dur et on devra mettre de l’intensité pendant 80 minutes. C’est le minimum pour espérer l’emporter. Sans cela, on n’y arrivera pas. On est joueurs, c’est bien mais il faut faire les choses dans l’ordre, mettre les ingrédients de base: l’engagement, l’agressivité. »